Avaz app en français: avis d’une maman

Avaz français est une application de communication alternative et augmentative qui existe sur le marché depuis avril 2015… c’est tout frais ! J’en ai pris connaissance il y a un petit mois et j’ai été tout de suite impressionnée. Il contient un vocabulaire important de jusqu’à 2000 mots déjà organisés de façon logique, avec accès facile à toute la base de données SymbolStix (15000 mots?) et tout cela en français (non, mais c’est trop beau !). Il est super facile à utiliser et à paramétrer. Il permet de conjuguer tous les verbes, d’accorder tous les adjectifs, sans alourdir l’usage pour un utilisateur qui ne serait pas prêt pour cela. Nous utilisons une autre app de communication depuis 18 mois environ avec notre fille de 5 ans qui a un gros retard de langage, mais je trouvais cette app de plus en plus limitée et frustrante. Avaz serait-il l’outil dont je rêvais (si je veux admettre que je rêve d’outils de CAA) ?

En choisissant un outil pour une personne qui a des troubles de communication, on réfléchit bien sûr à leur quotidien, les envies, besoins et idées qu’ils pourraient avoir envie d’exprimer. Mais il est primordial aussi de penser au long terme, de se demander si cet outil sera toujours apte à remplir leurs besoins dans deux ans, cinq ans, peu importe les progrès qu’ils pourront faire. Est-ce qu’ils pourront dire qu’ils veulent téléphoner à Mamie ou qu’ils trouvent les épinards dégoûtants ? Est-ce qu’ils pourront raconter une blague ou une anecdote ? Est-ce qu’ils pourront nous raconter d’où vient ce bleu sur leur bras ou pourquoi ils sont tristes ce soir? On peut se dire, oui mais mon enfant ne serait pas capable de raconter ce genre de chose, il n’est pas assez ceci ou cela. Peut-être pas maintenant, peut-être jamais, mais sans un outil qui permette ce genre d’échange, on ne saura jamais s’il était capable ou pas (et encore, avoir un bon outil n’est que le premier pas, mais ça c’est une autre histoire). Je ne veux pas mettre un plafond par dessus la tête de ma fille, tout en disant oui vous voyez bien qu’elle ne peut pas toucher le ciel.

Mon impression avec Avaz, c’est que l’on pourrait aller très loin! Voici quelques remarques sur Avaz :

Personnalisation 

Avaz: ajouter une page

Avaz: ajouter une page

Les boutons sont rajoutés/modifiés en deux temps deux mouvements, c’est super simple. Par exemple, j’ai voulu créer une page « dans l’eau » : c’était fait en moins de dix minutes, sans connexion internet, en voiture en allant à la rivière ! Il y a déjà un vocabulaire important, mais bien sûr, il faut adapter. Chaque enfant/personne est différent et on ne peut pas prévoir ce dont une personne voudra parler à un moment donné. En pleine canicule, notre puce veut nous parler sans cesse de la neige, j’avoue que je ne l’aurais pas prévu. Si on trouve que c’est trop chargé, que l’enfant n’est pas prêt, on peut très bien cacher la plupart des mots, en les réintroduisant selon le besoin, sans rien déplacer.

Avaz: rechercher un mot

Avaz: rechercher un mot

La fonction « recherche » facilite grandement l’usage de l’app et encourage la littératie

On peut rechercher tout mot pour voir s’il existe déjà dans la base de données de symboles. Le résultat de recherche nous indique l’acheminement pour y aller, et nous y amène automatiquement. Bien entendu, il faut des bases de littératie pour s’en servir, mais c’est drôlement motivant : « tu as vu la tortue ? On cherche tortue ? T-t-t-tortue, on tape le T… ». Aussi, c’est très pratique pour ceux qui sont moins à l’aise avec l’app (thérapeutes, enseignants… euh, moi pour l’instant)

La page « Mots de base »

Nos mots de base

Nos mots de base

Bonjour les Core Words ! Concept clé de CAA dans le monde anglophone, on essaie de plus en plus d’encourager et faciliter l’usage des mots de base, ces petits mots qui nous permettent de dire tant de choses… Avec avaz, on peut choisir d’avoir un raccourci à cette page disponible à tout moment. Quelques exemples de phrases utiles, sans changer de page : je veux ça, tu veux venir ?, aide-moi avec ça, ne fait pas ça, je veux boire encore etc etc…

Le mode clavier 

Le mot n’existe pas encore dans la base de données images (et on ne souhaite pas l’ajouter tout de suite) ? D’un clic, on bascule en mode clavier et on commence à taper le mot. Par magie, au lieu des quelques 2000 mots en mode images, là on a accès à plus de 15000 symboles et on peut taper ce que l’on veut. Tout mot peut donc être incorporé dans notre phrase, à condition de savoir l’écrire (soit correctement, soit phonétiquement, le moteur de recherche est performant).

La fonction sauvegarde

Avaz: enregistrement d'une phrase

Avaz: enregistrement d’une phrase

On peut enregistrer une phrase sous une lettre dans le mode clavier, puis la faire réapparaître au moment voulu. Exemples d’usage : l’enfant veut pouvoir raconter à sa classe la visite du week-end ou poser une question à la maîtresse ? on le prépare à la maison et il n’a qu’à retrouver la lettre où il a enregistré sa phrase. Autre idée d’usage, on enregistre les paroles d’un livre préféré, qu’il pourra « raconter » à sa guise. Ou on parle des passions de l’enfant : « Burt porte un nœud papillon et une veste rayée », que Mary Poppins soit louée, je ne serai plus seule à le dire !

Il y aurait plein d’autres choses à dire sur Avaz. C’est une app relativement récente, même en anglais, mais qui fait parler de par son innovation et son efficacité. Un système robuste de communication, désormais disponible en français. Il y a une version d’essai gratuit disponible dans l’AppStore, mais le prix d’achat reste relativement abordable pour un outil aussi évolué. Pour plus d’informations techniques: suivez ce lien.

Je précise que je n’ai aucun lien commercial ou financier avec les développeurs de cette app, je partage simplement une information qui pourrait être pertinente pour d’autres. Là où cela devient plus intéressant, c’est quand on peut échanger autour d’un outil, ce qui est difficile pour l’instant, vu que c’est tout nouveau et il y a peu d’utilisateurs actuellement. J’invite donc tous les commentaires d’autres utilisateurs ou des intéressés!

 

 

Publicités

10 meilleures apps sur ipad pour enfants handicapés

Il existe des centaines d’applications et de jeux pour enfants, certains payants, d’autres non. Certains bien conçus et utiles, d’autres non. Voici une liste des 10 meilleures apps que nous avons appréciées et utilisées. A mon avis, ces apps conviennent particulièrement aux jeunes enfants (jusqu’à 6 ans) ou à un enfant plus âgé avec un retard cognitif. Je ne suis pas professionnelle de la petite enfance, juste une maman qui donne mon avis. Ma fille de 5 ans a un retard cognitif et un gros retard de langage. C’est ce qui l’a aidé le plus et j’espère que cela peut utile à d’autres!

Story Creator par Innovative Mobile Apps (Gratuit)

Story Creator App sur ipad

Story Creator App sur ipad

On adore! On crée facilement des histoires, avec photos, dessins, texte et même du son. Cela permet de capturer des souvenirs (comme une fête d’anniversaire par exemple, on peut enregistrer les rires et les enfants qui chantent), d’expliquer le déroulement d’un événement régulier ou exceptionnel (par exemple, la journée scolaire ou un départ en vacances/visite chez le coiffeur/on est malade et il faut prendre les médicaments pour aller mieux, même s’ils ont un goût infecte!), ou de créer un album photo personnalisé et parlant. Nous l’avons beaucoup utilisé aussi pour gérer certaines craintes et angoisses, dans notre cas on a enregistré des bruits qui lui faisaient peur à notre petite (la tondeuse, des ballons qui éclatent etc) qu’elle a pu revisionner autant qu’elle voulait (en baissant un peu le son au départ).

Bitsboard (Gratuit)

Des jeux et des activités ludiques pour apprendre du vocabulaire et, plus tard (on n’y est pas encore) aborder la lecture. On écoute, on identifie, on répète et on peut même s’enregistrer, tout de façon rigolote et motivante. On peut utiliser des albums de mots tout prêts (les aliments, les vêtements par exemple) ou réaliser ses propres albums. Cliquez ici pour un tutoriel très complet, d’une orthophoniste en plus!

IMG_1838Furry friend (Gratuit, avec options payantes)

Il y a plein d’apps dans le style de Talking Tom Cat… grosso modo, on dit quelque chose, l’app le répète. On aime bien Lenord dans cette app, il est rigolo et mignon, et il n’y a pas trop de distractions. C’est très motivant pour encourager les verbalisations, même si l’enfant ne prononce pas encore de mots reconnaissables, puis plus tard pour que l’enfant lui fasse dire n’importe quoi à Lenord! On peut payer pour avoir deux ou trois jeux de plus, ça vaut le faible coût pour ne plus avoir de pubs.

Magic Voice (Gratuit)

Tout simple, il suffit de parler pour que le lapin saute du chapeau du magicien. Mais attention, il faut parler/crier assez fort et assez longtemps! Ce qui nous plaît c’est qu’il suffit de faire du bruit pour faire sauter le lapin. Selon ce dont l’enfant est capable, on peut l’encourager à dire une phrase complète, juste « Saute! » ou encore juste un cri… ma fille a adoré! Ce n’est peut-être pas une app que l’on va garder longtemps, mais vu le prix…

Talk Tablet de Gus Inc

Talk Tablet de Gus Inc

Talk Tablet de Gus Inc (79,99€)

C’est notre application de communication principale. On l’utilise à tout moment de la journée, pour toutes les activités. Cela donne une voix supplémentaire à ma fille, qui peine à chercher ses mots, alors qu’elle a des idées dans la tête… J’en ai parlé longuement ici.

J’apprends les formes et les couleurs (gratuit pour version lite)

J'apprends les formes et les couleurs

J’apprends les formes et les couleurs

Le titre dit tout… c’est une histoire de bébêtes rigolotes qui aiment les bonbons. Beaucoup de répétition des mots-clés, motivant et ludique.

ABC rigolo (gratuit pour version lite, 2,99€ pour version complète)

Des jeux et des activités pour apprendre les lettres et travailler la motricité fine. C’est ludique, avec de jolies couleurs et animations.

myfirstapp.com

myfirstapp.com

myfirstapp.com (gratuit pour deux jeux dans chaque unité, puis 2.99$ par jeu complet, Teachers’ Pack disponible aussi)

Ce développeur a conçu plein de jeux pour travailler la logique et la catégorisation. On a vite marre de la musique, mais cette série d’apps permet de travailler plein de concepts précurseurs et concourants à l’acquisition du langage. Recommandé par notre orthophoniste!

Tiny Hands Apps (premier niveau gratuit dans chaque app, puis environ 2,99$ pour

Tiny Hands

Tiny Hands

ouvrir tous les niveaux, des réductions pour achats groupés)

Similaire en termes d’apprentissage que le précédent, mais mes enfants le trouvent plus ludique, cela fait plus jeu qu’exercice, et on trouve les animations et les sons plus amusants. Il y a plein d’apps dans cette série, avec plusieurs niveaux par type d’activité, Sorting (tri), Towers (construction), What’s my pair (trouver le paire)…

Doodlecast Sago Mini

Doodlecast Sago Mini

Sago Mini Doodlecast (2,99€)

Premièrement, c’est une app de dessin, mais ce qui est chouette, c’est que l’on enregistre une petite vidéo de la réalisation du dessin, avec une bande sonore. On peut ensuite revisionner la vidéo, réécouter nos commentaires, même faire du karaoké avec Logiral. Ca motive à parler, ça motive à dessiner… c’est génial! Je recommande vivement toutes les apps de Sago Mini, qui sont créatives et drôles.

Et enfin… une 11e recommandation qui n’a rien à voir avec le handicap. Pierre et le Loup (3,99€). Nous l’avons visionné des centaines de fois: la musique est captivante, les animations sont esthétiques, on découvre aussi bien les instruments et les musiciens de l’orchestre que les personnages de l’histoire. Vous ne regretteriez pas!

Et vous? Quelles sont vos recommandations? Quelles apps ont aidé et motivé vos enfants?

Comment aider un enfant à utiliser la CAA à la maison et à l ‘école

Comment aider un enfant à utiliser la CAA (communication alternative et améliorée) à la maison et à l ‘école (astuce : c’est plus facile que ce que l’on imagine!)

Cet article est traduit de l’anglais avec l’aimable permission de Carrie Clark, orthophoniste et blogueuse sur http://www.speechandlanguagekids.com/. Pour l’article en anglais, cliquez ici.

Un des aspects les plus compliqués de l’usage de la CAA avec un enfant, c’est de savoir quoi en faire une fois qu’on l’a entre les mains. Le terme CAA décrit toute façon d’utiliser le langage pour communiquer autrement que le langage oral. Certains enfants utilisent la langue des signes ou des images, d’autres un outil de communication qui parle lorsque l’on appuie sur un bouton.

Peu importe l’outil utilisé, c’est délicat de comprendre comment l’incorporer dans sa vie quotidienne, soit à l’école, soit à la maison. Voici l’astuce, vous êtes prêts ?

On apprend à un enfant de se servir de la CAA d’exactement la même façon que vous lui apprendriez à parler.

Bon, d’accord, ça a l’air simple, mais en pratique c’est plus dur que cela n’en a l’air. Voici quelques idées pour mettre en place cette stratégie à la maison ou à l’école :

Première étape : Familiarisez-vous avec l’outil de communication de l’enfant

Les enfants à développement typique apprennent à parler en étant avec des adultes et des enfants plus âgés qui maîtrisent le langage oral. Ces adultes et partenaires de communication sont familiers avec la langue et ils savent s’en servir. Autrement dit, ils sont à l’aise en parlant avec l’enfant.

Les enfants utilisateurs de CAA ont probablement été évalués pour connaître l’outil de communication qui leur conviennent le mieux. Peu importe la méthode choisie (langue des signes, pictogrammes, tableaux de communication, outil à synthèse vocale), les adultes doivent être à l’aise avec cet outil. Une famille qui ne parle que le chinois aura de la difficulté à apprendre le français à leur enfant; de même, votre enfant aura du mal à apprendre à se servir de la CAA si vous ne savez pas vous en servir non plus.

Prenez donc du temps pour vous y familiariser. Si c’est la langue des signes, apprenez un maximum de signes. Si c’est un outil de communication qui parle lorsqu’on appuie sur les boutons, empruntez-le pour essayer de faire des phrases avec. Pouvez-vous tenir une conversation avec un ami en l’utilisant ? Il faudrait essayer.

Deuxième étape : modéliser l’usage de la CAA autour de l’enfant

Les enfants à développement typique entendent parler leur langue maternelle autour d’eux tout le temps. Ils entendent des adultes qui la parlent entre eux pour communiquer.

Les enfants utilisateurs de CAA ont aussi besoin de voir que leur outil de communication sert justement à communiquer ! S’ils ne voient jamais personne s’en servir pour communiquer, pourquoi seraient-ils motivés pour le faire ? Si votre enfant utilise la langue des signes, signez en lui parlant et en parlant à d’autres adultes en sa présence. Ce n’est pas nécessaire de signer tous les mots (surtout au début quand vous ne les connaissez pas tous), mais signez tout ce que vous pouvez. Si votre enfant utilisent des pictogrammes ou images, montrez-lui l’image en prononçant les mots. Par exemple, si vous demandez à votre enfant s’il veut un petit gâteau, montrez-lui l’image qui correspond. Il en va de même pour un outil à synthèse vocale, appuyez sur les boutons correspondants tout en lui parlant. Ce n’est pas nécessaire de modéliser chaque mot, juste les plus importants.

Tout comme les enfants typiques, qui doivent entendre la langue cible BEAUCOUP avant de savoir s’en servir, l’enfant avec des troubles de langage a aussi besoin de voir l’outil en action. Utilisez le système de communication lorsque vous lui parlez, mais aussi pour parler à d’autres adultes, d’autres enfants etc. Veillez aussi à laisser l’outil toujours disponible pour l’enfant (ne pas lui enlever) pour qu’il puisse s’en servir aussi.

Troisième étape : Encourager les tentatives de l’enfant à se servir de la CAA

En tant que parent d’un bébé, je le félicite constamment pour toute action qui pourrait être prise pour de la communication intentionnelle. Si je quitte la pièce et mon bébé dit « ba », je lui souris immédiatement et je lui réponds « bye bye ! Oui, je fais bye bye ! ». Bon, en tant qu’orthophoniste, je sais bien que mon bébé de 7 mois ne me dit pas vraiment « bye bye » et que ce n’était probablement qu’une coïncidence, mais c’est ce que font les parents. Et ça marche ! En renforçant les actes de langage accidentels, on apprend à l ‘enfant que la communication est puissante et qu’elle créera des interactions riches avec les adultes qui l’entourent.

Au départ, les enfants utilisateurs de CAA ne s’en servira probablement pas de façon significative. Peut-être qu’il appuie sur les boutons de façon aléatoire pour entendre les sons. Mais surtout, ne dîtes pas « qu’il ne fait que jouer » et lui enlever. On ne lui enlèverait pas la boite vocale d’un bébé parce qu’il babille au lieu de dire de vrais mots. Cela fait partie du processus d’apprentissage.

Si l’enfant appuie sur un bouton, même de façon accidentelle, on peut toujours lui répondre comme si c’était significatif. S’il appuie sur « pomme de terre » lorsque vous jouez dans la chambre, vous pouvez lui répondre, « Pomme de terre ? On n’a pas de pomme de terre ici. Peut-être qu’il y en a dans la cuisine ». Cela paraît peut-être un peu sot, mais cela aidera l’enfant à comprendre que les mots qu’il crée ont un véritable sens.

Cette étape d’exploration ne durera pas éternellement. Le sens des enoncés deviendra de plus en plus clair et significatif. Mais pour l’instant, il va falloir accepter que l’enfant va « jouer » avec pour voir ce qui se passe, tout comme un bébé qui joue avec sa voix.

Quatrième étape : Gardez l’outil de CAA présent à tout moment

Pour un enfant à développement typique, c’est une évidence. Bien sûr qu’il a toujours sa voix avec lui. On ne l’éteint jamais, on ne l’oublie pas à la maison. Il n’y a jamais de panne de batterie qu’il faut recharger. L’enseignant ne lui enlève pas sa voix parce qu’il parle en même temps, il lui apprend qu’il y a des moments pour écouter et ne pas parler.

Pour les enfants utilisateurs de CAA, c’est pareil, il ne faut jamais lui enlèver sa voix. S’il signe, ce n’est pas un problème parce qu’il a toujours ses mains. Si toutefois l’enfant utilise des images ou un outil de quelque sorte, il va falloir veiller à ce que l’outil soit avec lui et en état de fonctionnement à tout moment.

S’il faut charger la batterie, faites-le lorsqu’il dort. Ou achetez une batterie de rechange.

Même si c’est énervant que l’enfant appuie sur des boutons au lieu d’écouter ou de prêter attention, il ne faut toujours pas lui enlever. Faites plutôt ce que vous feriez avec tout autre enfant en lui apprenant qu’il faut parler doucement ou qu’il faut écouter dans telle situation.

Cinquième étape : Recherchez et planifiez des opportunités pour utiliser la CAA

Pour un enfant à développement typique, en tant que parent ou éducateur, on essaie de créer des situations dans lesquelles l’enfant pourra réussir à communiquer. Par exemple, on l’assoit dans sa chaise haute, on lui montre des raisins en disant « tu veux du raisin ? ». Ensuite, on attend pour voir s’il le dira tout seul. On lui donne l’occasion d’exprimer ce qu’il veut. D’autant plus si on sait qu’il connait le mot. Par exemple, on ne va probablement pas lui demander « c’est quoi ? » en pointant un animal qu’il n’a jamais vu auparavant, mais plutôt pour un animal familier, comme un chien. C’est parce qu’on sait qu’il connait le chien et qu’il réussira.

Pour les enfants utilisateurs de CAA, on crée également des situations pendant la journée qui lui permettront de communiquer avec son outil. Dans la classe, ce sera peut-être pendant un moment répétitif, comme la récréation. Proposez-lui des objets ou des jeux qu’il trouvera motivants, et qu’il sait dire avec son outil de CAA. Par exemple, un goûter qu’il sait demander ou une activité qu’il a dans l’outil.

Montrez-lui l’objet, puis modelisez-le avec l’outil de CAA. Puis attendez pour voir s’il utilisera l’outil pour communiquer. S’il a du mal, on peut toujours lui guider la main pour l’aider. Pour plus d’information sur comment apprendre un nouveau bouton à un enfant sur un outil de communication, regardez cet article :

http://www.speechandlanguagekids.com/teach-your-child-to-use-an-aac-device/

 

Utiliser Talk Tablet en français… quelques informations avant de démarrer

Talk tablet logo

[Note 09.2015: Suite à la sortie d’une autre application qui nous correspondait mieux, nous n’utilisons plus Talk Tablet. Pour plus d’info, cliquez ici.]

Talk Tablet de Gus Inc propose une application de communication pour personnes avec des difficultés pour s’exprimer verbalement (autisme, aphasie, trisomie, AVC, handicaps divers…). Cette app existe en « version française », c’est à dire, avec une possibilité de voix de synthèse française.  Elle peut être utilisé sur des tablettes Apple, Android ou Kindle. A l’achat, tout est en anglais, mais il existe un service de partage de données, d’où on peut télécharger une version française d’un autre utilisateur (ceux disponibles à ce jour sont relativement basiques, mais cela peut évoluer). Pour ce qui est de notre cas, nous avons choisi cette app parce qu’elle me semblait la plus évolutive et personnalisable disponible en français à ce moment là (02.2014). Elle n’est pas parfaite, mais puisque la perfection n’existe pas (encore!), elle n’est pas mal.

Voici une petite vidéo de présentation générale (y compris comment trouver l’option partage pour télécharger une version française…):

Ce qui me plaît chez Talk Tablet:

  • La voix. Ma fille aime bien revenir sur certains mots, elle écoute attentivement, essaie de répéter les sons. Ce côté « interactif » est très motivant pour elle. C’est un des principaux avantages de la tablette à mon sens.
  • Les images. Talk Tablet utilise la base de données SymbolStix, donc accès à plus de 11000 symboles clairs et parlants (je trouve!), sinon on peut choisir une de ses propres images, prendre une photo ou même faire une recherche sur Google Images, sans quitter l’app. C’est super facile d’ajouter du vocabulaire qui manque (ayant utilisé le PECS auparavant, j’apprécie énormément cet aspect… plus besoin de chercher, imprimer, découper, plastifier et redécouper à chaque fois qu’il nous manque un mot – ouf!).
  • Choix de taille de grille – on a commencé avec 16 boutons, soit 4×4, et on est passé maintenant à 28 boutons, soit 7×4. Cela permet de s’adapter en fonction de la difficulté visuelle et de motricité fine de l’enfant.
  • On peut cacher ou griser des boutons. La « planification motrice » est très importante pour une app de communication, c’est à dire que nous apprenons l’emplacement d’un mot, et nous pouvons ensuite le retrouver presque sans regarder, un peu comme si on jouait du piano. Il ne faut pas que l’on déplace les touches! Si on veut commencer avec un ou deux mots, on peut très bien préparer la grille de 16, et en cacher tout sauf les mots en question. Cela permet de découvrir et élargir progressivement le vocabulaire, sans rien déplacer.
  • L’évolution possible. On peut commencer simple, quelques choix d’aliments et d’activités, mais on peut passer rapidement à un vocabulaire beaucoup plus riche et large.

Ce qui ne me plaît pas

  • Il faut tout traduire, tout paramétrer et c’est un travail énorme! Je ne peux même pas compter les dizaines d’heures que j’ai passé à arriver à la version que l’on utilise aujourd’hui. Et pourtant, il manque tant d’éléments.
  • La grammaire française. C’est un choix à faire: on essaie d’incorporer des éléments de grammaire et on se retrouve vite avec un système tellement complexe que l’enfant risque de s’y perdre, ou on simplifie pour donner un français compréhensible mais qui ne correspond pas à ce que l’on entend.

 Est-ce que je le recommande?

Oui. Il faut être prêt à passer du temps pour l’adapter aux intérêts/besoins de l’utilisateur, mais c’est un outil puissant et relativement facile à modifier. Pour nous, cela change tout. Avec sa voix, ma fille peut me dire « gâteau »; avec Talk Tablet, elle me dit « Je veux manger du yaourt avec du sirop d’érable ». Avec sa voix, elle me dit « loup »; avec Talk Tablet, elle me dit « Je veux écouter Pierre et le loup », puis elle peut nommer les instruments de musique qu’elle entend. Avec sa voix, elle me dit « balade », avec la tablette, elle dit « faire une balade avec Papy ». C’est de la magie!

Notre première page d'accueil

Talk tablet: notre première page d’accueil

Talk tablet: la version que nous utilisons actuellement

Talk tablet: la version que nous utilisons actuellement

Encore une petite vidéo pour aider des utilisateurs débutants: comment changer la voix, comment ajouter un bouton, comment griser ou cacher un bouton…